The Burgess Shale

Mackenzia costalis

Animal de Burgess ressemblant à une anémone de mer

Reconstitution 3D de Mackenzia costalis.

MODÈLE 3D DE PHLESCH BUBBLE © MUSÉE ROYAL DE L’ONTARIO

Taxonomie:

Règne: Animal
Embranchement: Cnidaires
Classe: Anthozoaires ? (Ordre : actiniaires (?), groupe souche des cnidaires)
Remarques:

Mackenzia est présumé faire partie des cnidaires (groupe comprenant les coraux et les méduses modernes) et présente une grande ressemblance avec les anémones de mer modernes (Conway Morris, 1993).

Nom d’espèce: Mackenzia costalis
Nom du descripteur: Walcott
Date de la description : 1911
Étymologie :

Mackenzia – d’après le mont Mackenzie (2 461 m), situé près de Revelstoke, dans le sud-ouest des schistes de Burgess. Ce sommet a été nommé en l’honneur d’Alexander Mackenzie (1822-1892), deuxième premier ministre du Canada.

costalis – du latin costalis, « relatif aux côtes », en référence aux lignes qui sillonnent l’animal dans le sens de la longueur.

Spécimens types : Lectotype – USNM 57556 conservé au Musée national d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.
Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Âge et Sites

Periode :
Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (505 millions d’années).
Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles; couches à tulipes (S7) sur le mont Stephen.

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Mackenzia a d’abord été décrit comme un membre des holothuries, groupe d’échinodermes communément appelés concombres de mer (Walcott, 1911). L’étude de nouveaux fossiles récoltés par la Commission géologique du Canada et le réexamen des spécimens de Walcott par Conway Morris (1989, 1993) ont mené à la reclassification de l’animal parmi les cnidaires.

Description

Morphologie :

Mackenzia est un gros animal sacciforme d’une hauteur maximale de 16 cm qui utilisait le disque ou le crampon situé au bout de son court pédoncule pour s’ancrer aux substrats durs, probablement en position verticale. Le corps est parcouru de 8 à 10 crêtes longitudinales. Mis à part le fait qu’il possédait une grande cavité abdominale et semblait présenter une partition interne, on sait très peu de choses sur l’anatomie de cet animal. Il n’y a pas de tentacules, et la bouche se trouvait probablement à l’extrémité opposée au pédoncule.

Abondance :

Mackenzia est très rare; il ne représente que 0,03 % de la faune de la carrière Walcott (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :
200 mm

Écologie

Mode de vie : Épibenthique, Sessile
Mode d'alimentation : Carnivore, Filtreur
Interprétations écologiques :

Mackenzia vivait probablement sur le fond marin, fixé sur des restes animaux, telles des coquilles de brachiopodes. Son mode d’alimentation est incertain.

Références

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

CONWAY MORRIS, S. 1989. Burgess Shale faunas and the Cambrian explosion. Science, 246: 339-346.

CONWAY MORRIS, S. 1993. Ediacaran-like fossils in Cambrian Burgess Shale-type faunas of North America. Palaeontology, 36(3): 593-635.

WALCOTT, C. D. 1911. Middle Cambrian holothurians and medusae. Cambrian Geology and Paleontology II. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(3): 41-68.

Autres liens :

Aucun