Les schistes de Burgess

Loricicaris spinocaudatus

Petit arthropode bivalve à tronc épineux

Loricicaris spinocaudatus, paratype, ROMIP 43188

Taxonomie:

Règne: Animal
Embranchement: Arthropodes
Assignation taxonomique d’ordre supérieur: Hymenocarines, Famille : Protocarididae (Miller, 1889)
Nom d’espèce: Loricicaris spinocaudatus
Remarques:

Les hyménocarines étaient des arthropodes ancestraux dotés de carapaces bivalves et de mandibules, formant l’essentiel des premiers mandibulés (représentés aujourd’hui par les myriapodes, les crustacés et les insectes) (Aria et Caron, 2017 ; Vannier et al., 2018). Loricicaris était un proche parent de Branchiocaris, tous deux appartenant à la famille éponyme Protocarididae Miller, 1889 – l’un des plus anciens taxons formellement décrits des schistes de Burgess. Les liens de parenté des Protocarididae au sein des hyménocarines, et la position relative de ces derniers dans la phylogénie des mandibulés ancestraux n’ont toujours pas été élucidés (Aria, 2022 ; Izquierdo-López et Caron, 2022).

Nom du descripteur: Legg et Caron
Date de la description : 2014
Étymologie :

Loricicaris – du latin lorica, « cuirasse », en référence à l’aspect blindé (épineux) du tronc, et du latin caris, qui signifie « crevette »

spinocaudatus – du latin spinosus, « épineux » et cauda, « queue », en référence au tronc épineux et à la queue de cette espèce

Spécimens types : Holotype ROMIP 62143 et paratype ROMIP 43188, conservés au Musée royal de l’Ontario, Toronto (Ontario), Canada.
Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.
Autres dépôts : aucune.

Âge et Sites

Age :
Cambrien moyen, étage Wuliuen, portion supérieure de la formation des schistes de Burgess (environ 507 millions d’années)
Sites principaux :

Carrière Collins du Mont Stephen

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Suite à la découverte du site de la carrière Collins du Mont Stephen et aux travaux d’excavation menés à cet endroit (appelé à l’origine « locality 9 » [Collins et al., 1983]), il avait été avancé que de petits spécimens de protocarididés pourraient représenter des formes juvéniles de Branchiocaris (Briggs et Robison, 1984). Ce n’est que beaucoup plus tard que Legg et Caron (2014) décrivirent formellement le genre et l’espèce de cet animal, parallèlement à Nereocaris briggsi, en les considérant comme une forme très ancestrale de l’évolution du groupe des arthropodes bivalves. Cependant, ces taxons allaient plus tard être reclassés parmi les mandibulés (Aria, 2022).

Description

Morphologie :

Loricicaris est un arthropode robuste, tubulaire, multisegmenté, largement enfermé dans une vaste carapace bivalve aux angles obtus et lobés, comme les autres protocarididés. Les yeux sont très petits ou absents. Un sclérite arrondi recouvre l’extrémité antérieure, d’où dépassent deux antennules courtes, robustes et multisegmentées. Le reste de la tête est mal connu, mais des appendices griffus sont présents à proximité des antennules. Les membres du tronc portent des exopodes ronds ; les endopodes sont réduits ou absents. La queue est constituée d’une paire de rames caudales ornées de soies.

Abondance :

24 spécimens (Legg et Caron, 2014)

Taille maximum :
Environ 3 cm.

Écologie

Mode de vie : Nectobenthique
Mode d'alimentation : Inconnu
Interprétations écologiques :

Loricicaris fut considéré par ses auteurs comme un détritivore nectobenthique en raison de son corps adapté à la nage et de la forme du tube digestif qui a été préservé en trois dimensions (Legg et Caron, 2014). Il aurait pu être un prédateur ou un suspensivore comme d’autres hyménocarines.

Références

  • ARIA, C. 2022. The origin and early evolution of arthropods. Biological Reviews, 97, 1786–1809.
  • ARIA, C. and CARON, J. B. 2017. Burgess Shale fossils illustrate the origin of the mandibulate body plan. Nature, 545, 89–92.
  • BRIGGS, D. E. G. and ROBISON, R. A. 1984. Exceptionally preserved nontrilobite arthropods and Anomalocaris from the Middle Cambrian of Utah. The University of Kansas Paleontological Contributions, 111, 1–23.
  • COLLINS, D., BRIGGS, D. E. G. and CONWAY MORRIS, S. 1983. New Burgess Shale fossil sites reveal Middle Cambrian faunal complex. Science, 222, 163–167.
  • IZQUIERDO-LÓPEZ, A. and CARON, J.-B. 2022. The problematic Cambrian arthropod Tuzoia and the origin of mandibulates revisited. Royal Society Open Science, 9.
  • LEGG, D. and CARON, J. B. 2014. New Middle Cambrian bivalved arthropods from the Burgess Shale (British Columbia, Canada). Journal of Paleontology, 57, 691–711.
  • MILLER, S. A. 1889. North American geology and palaeontology for the use of amateurs, students and scientists. Western Methodist Book Concern, Cincinnati.
  • VANNIER, J., ARIA, C., TAYLOR, R. S. and CARON, J. B. 2018. Waptia fieldensis Walcott, a mandibulate arthropod from the middle Cambrian Burgess Shale. Royal Society Open Science, 5:172206.
Autres liens :