Les schistes de Burgess

Gyaltsenglossus senis

Ver mobile s’alimentant à l’aide de grosses tentacules

Gyaltsenglossus senis, holotype, ROMIP 65606.1

Taxonomie:

Règne: Animal
Embranchement: Hemichordés
Assignation taxonomique d’ordre supérieur: Aucune
Nom d’espèce: Gyaltsenglossus senis
Remarques:

Gyaltsenglossus est actuellement considéré comme un groupe souche des hémichordés. Il présente une combinaison de caractéristiques propres aux deux groupes d’hémichordés modernes : le long rostre et le corps vermiforme des entéropneustes, et la couronne de tentacules préhensilesdes ptérobranches.

Nom du descripteur: Nanglu et al., 2020
Date de la description : 2020
Étymologie :

Gyaltsen (prononcer « GEN-zay ») en hommage au père de l’auteur principal, et glossus, du grec glossa, « langue », suffixe générique commun des hemichordés

Senis du latin senex, « vieux »

Spécimens types : Holotype ROMIP 65606.1
Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune
Autres dépôts : aucune

Âge et Sites

Age :
Cambrien moyen, étage Wuliuen, portion supérieure de la formation des schistes de Burgess (environ 507 millions d’années)
Sites principaux :

Mont Odaray, parc national Yoho

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Gyaltsenglossus a été décrit en 2020 sur la base de 33 spécimens, tous recueillis sur le mont Odaray. Seul l’holotype présente toutes les caractéristiques anatomiques majeures.

Description

Morphologie :

Gyaltsenglossus est un ver d’environ 2 cm de longueur. L’extrémité antérieure présente un rostre musculeux allongé et ovoïde derrière lequel se trouvent six bras portant environ 15 paires de tentacules. Ces bras étaient environ 1,5 fois plus longs que le rostre. Les tentacules donnent aux bras un aspect général duveteux ou foliacé. Derrière les bras préhensiles, un tronc à peu près cylindrique s’amincit vers l’extrémité postérieure de l’animal. Du côté dorsal du tronc, directement derrière les tentacules, une zone surélevée conduit à un ensemble d’appendices fins et filiformes. En arrière du tronc se trouve une structure bulbeuse présentant les traces foncées caractéristiques de la présence de tissus interne. Cette structure pourrait représenter un épaississement des tissus. Chez certains spécimens, un tube digestif se terminant en avant de la structure bulbeuse postérieure est visible.

Abondance :

33 spécimens décrits

Taille maximum :
Environ 2 cm

Écologie

Mode de vie : Épibenthique
Mode d'alimentation : Filtreur, Détritivore
Interprétations écologiques :

La morphologie de Gyaltsenglossus donne à penser qu’il avait une écologie alimentaire double. Son long rostre pouvait lui permettre de se nourrir directement de la boue des fonds marins sur lesquels il aurait vécu, à l’exemple des entéropneustes actuels. Les tentacules préhensiles auraient également pu servir à filtrer les particules alimentaires en suspension dans l’eau, comme le font les ptérobranches. L’appendice postérieur bulbeux aurait pu lui servir à s’arrimer au plancher marin, en particulier lorsqu’il se nourrissait de petites particules en suspension.

Références

  • NANGLU, K., J.-B. CARON, AND C. B. CAMERON. 2020. Cambrian tentaculate worms and the origin of the hemichordate body plan. Current Biology. 30 (21): 4238-4244
Autres liens :