The Burgess Shale

Gogia stephenensis

Échinoderme pédonculé doté d’appendices ramifiés

Gogia stephenensis (GSC 25954) – Paratype. Petit spécimen doté de plaques fortement côtelées, avec trois brachioles près du sommet. Hauteur du spécimen = 16 mm. Spécimen sec, lumière directe (image de gauche); spécimen sec, lumière polarisée (image de droite). Carrière Walcott.

© Commission Géologique Du Canada. Photos : Jean-Bernard Caron

Taxonomie:

Règne: Animal
Embranchement: Echinodermes
Classe: Éocrinoïdes (Ordre : Gogiida, groupe souche des échinodermes)
Remarques:

Gogia est un éocrinoïde commun apparenté aux blastozoaires, groupe ancien d’échinodermes (Sprinkle, 1973).

Nom d’espèce: Gogia stephenensis
Nom du descripteur: Sprinkle and Collins
Date de la description : 2006
Étymologie :

Gogia – d’après le lac Gog, situé à 60 km au sud-est de la ville de Field, dans le parc provincial du Mont-Assiniboine.

stephenensis – d’après le mont Stephen (3 199 m), sommet du parc national du Canada Yoho d’où proviennent les spécimens, nommé en l’honneur de George Stephen (1829–1921), premier président du Chemin de fer Canadien Pacifique.

Spécimens types : Holotype – ROM 57247 conservé au Musée royal de l’Ontario, Toronto, Ontario, Canada.
Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune

Autres dépôts : G. prolifica Walcott,1917 (espèce type), de la formation du mont Whyte du Cambrien moyen de l’Alberta; G. gondi Ubaghs, 1987, du Cambrien supérieur moyen de France; G. granulosa Robinson, 1965, des schistes de Spence du Cambrien moyen précoce de l’Utah et du Cambrien moyen précoce du Mexique; G. gondi Ubaghs, 1987, du Cambrien moyen de la Montagne Noire; G. hobbsi Sprinkle, 1973; G. kitchenerensis Sprinkle, 1973, des schistes de Spence dans l’Utah; G. longidactylus (Walcott 1886) Robinson, 1965, du Cambrien moyen du Nevada; G. multibrachiatus (Kirk 1945) Robinson,1965, des schistes du Cambrien moyen de Bright Angel, Grand Canyon, Arizona; G. ojenai Durham,1978, de la fin du Cambrien précoce de la Californie; G. palmeri Sprinkle, 1973, du Cambrien moyen de l’Idaho; G. parsleyi Zamora, 2009, de la formation de Murero du Cambrien moyen d’Espagne; G. spiralis Robinson, 1965, des schistes de Wheeler du Cambrien moyen de l’Utah (voir la liste complète des références dans Sprinkle [1973] et Zamora et al. [2010].)

Âge et Sites

Periode :
Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d’années).
Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles, et couches à trilobites sur le mont Stephen.

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Le genre Gogia a été décrit par Walcott en 1917 d’après des spécimens récoltés dans la formation du mont Whyte du Cambrien moyen inférieur, mais ce n’est qu’en 1966 qu’on a confirmé sa présence dans les schistes de Burgess à partir d’un seul spécimen découvert par la Commission géologique du Canada dans la carrière Walcott. Se fondant sur ce matériel et d’autres spécimens de la collection de Walcott, Sprinkle a nommé cette forme G.(?) radiata (Sprinkle, 1973). La découverte d’autres spécimens par le Musée royal de l’Ontario a mené à la désignation actuelle de l’espèce, qui remplace G.(?) radiata (Sprinkle et Collins, 2006).

Description

Morphologie :

G. stephenensis consiste en une structure conique arrondie (thèque) portée sur un court pédoncule et pourvue près de son sommet d’une douzaine de brachioles (petits bras) droits ramifiés au moins une fois sur leur longueur. La thèque est constituée d’un ensemble de plaques imbriquées, dont les plus grandes portent des crêtes proéminentes.

Abondance :

Le genre Gogia est abondant dans d’autres dépôts, mais manifestement rare dans tous les sites des schistes de Burgess.

Taille maximum :
40 mm

Écologie

Mode de vie : Épibenthique, Sessile
Mode d'alimentation : Filtreur
Interprétations écologiques :

Gogia vivait fixé au fond marin par un court pédoncule calcifié et se nourrissait de petites particules en suspension dans l’eau qu’il captait à l’aide de ses minces brachioles semblables à des vrilles. Des brachioles, la nourriture était acheminée par des sillons ambulacraires jusqu’à la bouche, située en position centrale au sommet de la thèque.

Références

SPRINKLE, J. 1973. Morphology and evolution of blastozoan echinoderms. Harvard University, Museum of Comparative Zoology Special Publication: 1-284.

SPRINKLE, J. AND D. COLLINS. 2006. New eocrinoids from the Burgess Shale, southern British Columbia, Canada, and the Spence Shale, northern Utah, USA. Canadian Journal of Earth Sciences, 43: 303-322.

WALCOTT, C. D. 1917. Cambrian geology and paleontology. IV. Fauna of the Mount Whyte Formation: Smithsonian Miscellaneous Collections, 63: 61-114.

ZAMORA, S. R. GOZALO AND E. LINÑÁN. 2009. Middle Cambrian Gogiid Echinoderms from Northeast Spain: Taxonomy, Palaeoecology, and Palaeogeographic Implications. Acta Palaeontologica Polonica, 54: 253-265.

Autres liens :

Aucun