The Burgess Shale

Ctenorhabdotus capulus

Méduse à peigne au corps en forme de lampe doté de 8 ensembles de 3 rangées de cils locomoteurs

Reconstitution de Ctenorhabdotus capulus.

© Marianne Collins

Taxonomie:

Règne: Animal
Embranchement: Ctenophores
Classe: Clade non classé (groupe souche des cténophores)
Remarques:

Ctenorhabdotus est considéré comme un cténophore très primitif, et possiblement comme un membre du groupe souche (Conway Morris et Collins, 1996).

Nom d’espèce: Ctenorhabdotus capulus
Nom du descripteur: Conway Morris and Collins
Date de la description : 1996
Étymologie :

Ctenorhabdotus – du grec ktenos, « peigne », et rhabdotos, « rayé », en référence aux rayures très distinctes dessinées par les rangées de cils de l’animal.

capulus – du latin capulus, « poignée », en référence à l’aspect capsulaire de l’élément aboral proéminent de l’animal.

Spécimens types : Holotype – ROM 50822 conservé au Musée royal de l’Ontario, Toronto, Canada.
Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Âge et Sites

Periode :
Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d’années).
Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles.

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Décrit par Conway Morris et Collins en 1996, Ctenorhabdotus capulus n’a fait l’objet d’aucune autre publication.

Description

Morphologie :

Ctenorhabdotus est ovoïde et porte 24 rangées de cils. Les surfaces supérieure (aborale) et inférieure (orale) sont relativement plates. Les rangées de cils sont disposées en 8 groupes de trois, la rangée centrale étant beaucoup plus courte que les deux autres. Ces groupes convergent vers la région aborale pour former 8 brins. La région orale est bien développée, et sa marge, ondulée. La petite structure capsulaire sur la face aborale de l’organisme contient vraisemblablement un organe apical et des statocystes.

Abondance :

Ctenorhabdotus est rare, connu d’après deux douzaines de spécimens provenant principalement de la carrière Raymond. Dans la carrière Walcott, l’espèce ne représente que 0,01 % des spécimens recensés (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :
70 mm

Écologie

Mode de vie : Mobile, Nectonique
Mode d'alimentation : Inconnu
Interprétations écologiques :

Les rangées de cils indiquent que l’animal nageait activement. La bouche n’étant pas bien conservée et faute d’indications attestant l’existence de tentacules, son mode d’alimentation demeure incertain.

Références

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

CONWAY MORRIS, S. AND D. COLLINS. 1996. Middle Cambrian ctenophores from the Stephen Formation, British Columbia, Canada. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B, 351: 279-308.

Autres liens :

Aucun