Découverte de fossiles

RÉSUMÉ : Peter Fenton technicien au Musée royal de l’Ontario parle des défis que pose la collecte de fossiles de Burgess. (1:51)

Paléontologues occupés à scruter des roches
DESCRIPTION : Paléontologues occupés à scruter des roches

« Avec les années, on apprend à repérer certains signes sur les roches, même à une certaine distance et même si les fossiles sont très petits. C’est étonnant ce qui peut sauter aux yeux quand on étudie des spécimens depuis longtemps. Il faut donc commencer par faire le tour des lieux et observer les fossiles sur le versant de la montagne. »

Paléontologue ramassant des morceaux de roche, en rejetant certains
DESCRIPTION : Paléontologue ramassant des morceaux de roche, en rejetant certains

« Là encore, des fragments de roches, certains de la taille d’assiettes. C’est ce qu’on appelle un talus d’éboulis. On trouve parfois des plaques un peu plus larges qu’il faut fendre, cliver. »

Paléontologue fendant des roches au marteau
DESCRIPTION : Paléontologue fendant des roches au marteau

« Dans ce cas, on se sert de la tête plate du marteau de géologue et on taille la roche petit à petit jusqu’à ce qu’on trouve le plan de clivage qui traverse la roche. La roche se brise. »

Utilisation du burin à cliver
DESCRIPTION : Utilisation du burin à cliver

« D’autres fois, on tape sur le burin ou le ciseau avec le marteau, et après s’être souvent tapé sur les doigts, on finit par fendre, cliver la roche. Quand on fait des prélèvements à flanc de montagne, les roches sont généralement beaucoup plus larges, plus lourdes et plus épaisses. »

Peter Fenton montrant une massette et un burin épais
DESCRIPTION : Peter Fenton montrant une massette et un burin épais

« Évidemment, quand les roches sont plus épaisses et plus denses, on se sert de marteaux plus lourds. On utilise alors des massettes ou des masses, ou les deux, et des burins ou des ciseaux plus épais et plus lourds. »

Paléontologues cassant des roches à la recherche de fossiles
DESCRIPTION : Paléontologues cassant des roches à la recherche de fossiles

« Il faut simplement taper sur une roche en espérant qu’elle se brise. Si elle renferme un fossile, ce fossile crée un léger plan de clivage et la roche à tendance à se briser exactement à l’emplacement du fossile. Donc, si on donne de bons coups et qu’un fossile se trouve à l’intérieur de la roche, elle se brisera très probablement. On n’exposera pas le fossile entier de cette façon, pour ça, il faut aller au laboratoire. Mais normalement, ça permet de savoir si on a trouvé quelque chose qui vaut la peine d’être conservé. »

© Musée royal de l’Ontario