« LE RÉCIT DES SCHISTES ARGILEUX DE BURGESS » – ÉMISSION NO 3 LA SIGNIFICATION DES SCHISTES ARGILEUX DE BURGESS

Animateur :
13 s Pendant plusieurs décennies après les découvertes de 1909 de Charles Walcott et son importante collection de fossiles exceptionnels provenant des schistes argileux de Burgess dans le parc national Yoho, les scientifiques semblaient avoir perdu intérêt pour les schistes argileux de Burgess.
33 s

4 s Ils étaient nombreux à penser que les gisements fossilifères étaient disparus à la suite des travaux d’exploitation de la carrière.
37 s

9 s On s’est cependant rendu compte que c’était plutôt les méthodes de prélèvement et de préparation de M. Walcott et son interprétation de ses découvertes qui étaient dépassées. 46 s

17 s Et, en 1966, sous la direction d’un autre scientifique de renom, M. Harry Whittington, de l’Université Harvard, la carrière Walcott a à nouveau fait l’objet de recherches. En 1975, le Musée royal de l’Ontario a obtenu la permission d’effectuer des expéditions dans certains secteurs. C’était le début de l’ère moderne.
63 s

Ideas (CBC)
Don Lessem
39:24-39:34
11 s « Ce sont les spécimens recueillis en 1966 par M. Whittington et minutieusement étudiés par lui et ses étudiants pendant une dizaine d’années qui nous ont donné une tout autre compréhension des schistes argileux de Burgess. »
74 s

Animateur :
16 s Grâce à des outils plus précis qui n’existaient pas du temps de M. Walcott, notamment une fraise dentaire, des microscopes et des techniques de photographie à rayonnement ultraviolet, M. Whittington a pu étudier les spécimens à partir des deux côtés de la pierre fendue.
90 s


Ideas (CBC)
Don Lessem
39:35-39:51
17 s « M. Whittington découvrit que les fossiles d’animaux que M. Walcott avait cru comprimés et bidimensionnels présentaient en fait certains éléments tridimensionnels. Méticuleusement, il pela les minces carapaces exposant ainsi des entrailles écrasées. Il grossit des coupes microscopiques de ces spécimens et en dessina des images détaillées. » 107 s

39:53-39:59
7 s « Il finit par conclure que les classifications de M. Walcott étaient systématiquement erronées. »
114 s

Animateur :
16 s Ce genre de méprise n’était nulle part si flagrant que dans le cas de la créature nommée Anomalocaris, ce qui signifie crevette étrange. En fait, ce spécimen était loin d’être une crevette : il s’agissait, à la grande surprise de tous, d’un prédateur vieux de 500 millions d’années!
130 s

M. Derek Briggs
9:26-9:34
9 s « L’Anomalocaris est en fait le plus grand prédateur connu de la période cambrienne. »
139 s

Animateur :
10 s M. Derek Briggs, professeur au Musée d’histoire naturelle Peabody de l’Université Yale, a été l’un des premiers étudiants embauchés par M. Whittington en 1972. 149 s

14:18-14:33
16 s « Avant cette découverte, les gens s’imaginaient que la période cambrienne était une espèce d’époque plus douce et plus simple avant l’évolution des chaînes alimentaires. » 165 s

Animateur :
5 s Comment les scientifiques avaient-ils pu se méprendre ainsi? La réponse est fascinante.
170 s

9:58-10:66
9 s « Cet animal pouvait atteindre jusqu’à un demi-mètre de longueur. »
179 s

10:07-10:16
10 s « Mais il avait aussi deux grands appendices sur le devant de sa tête dont il se servait pour capturer ses proies. »
189 s

10:17-10:21
5 s « Et il avait une bouche en forme de disque. »
194 s

10:30-10:43
14 s « Aussi, pendant la décomposition, la paire d’appendices frontaux et les deux mâchoires circulaires se fondaient dans les sédiments et tout le reste tendait à disparaître. » 208 s

11:00-11:02
3 s « Les jambes ont été découvertes séparément. »
211 s

11:06-11:12
7 s « Au départ, on a cru qu’il s’agissait d’une espèce de crevette. »
218 s

11:13-11:23
11 s Lorsque la mâchoire circulaire a été trouvée, on a cru avoir affaire à une méduse quelconque. »
229 s

Animateur : Mais ces fossiles faisaient TOUS PARTIE DU MÊME ANIMAL!
8 s « M. Briggs se rappelle le moment où M. Whittington s’est rendu compte de ce fait. »
237 s

M. Derek Briggs
13:40-13:42
3 s « C’était une véritable révélation. »
240 s

13:21-13:25
5 s « En fait, j’étais avec lui quand c’est arrivé. »
245 s

13:29-13:36
8 s « À nous deux, en étudiant les spécimens, nous nous sommes rendu compte que les jambes et la mâchoire étaient des parties d’un même animal. »
253 s


Animateur :
20 s Il y avait aussi Opabina Regalis, un autre animal bizarre. Il avait cinq yeux, des lobes, des segments et un tronc avec des pinces en avant.
Comme bien d’autres, cet animal défiait toute classification conventionnelle et a mené à l’une des théories les plus surprenantes de l’histoire de la vie : le rôle prépondérant de la chance.
M. Stephen Jay Gould.
273 s

Ideas (CBC)
M. Stephen Jay Gould
19:08-19:11
4 s « Les schistes argileux de Burgess, ce n’est qu’une carrière. »
277 s

19:15-19:34
20 s « Bien entendu, ils ne contiennent qu’un petit nombre d’espèces – quelques centaines tout au plus. Cependant, il s’avère que ce petit nombre d’espèces représente une gamme anatomique largement plus importante que ce que l’on trouve aujourd’hui dans tous les océans du monde. »
297 s

Animateur :
18 s M. Stephen Jay Gould a été paléontologue au Musée de zoologie comparative de Harvard, le même poste occupé autrefois par M. Harry Whittington. Il est l’auteur de La vie est belle, un best‑seller qui a catapulté les découvertes des schistes argileux de Burgess et leur signification dans le domaine public.
315 s

42:11-42:16
6 s « Nous devons nous rendre à l’évidence :
321 s
42:17-42:29
13 secs La survie, c’est en grande partie une question de chance et, par conséquent, l’existence de toute descendance sur cette Terre, y compris la nôtre, est en quelque sorte précaire. »
334 s

Animateur :
12 s Les théories controversées de M. Gould ne survivront peut-être pas à l’examen approfondi de la science moderne, mais la réaction importante du public et du monde scientifique à son livre publié en 1989 nous a laissé un héritage durable.
346 s


CONCLUSION-EXTRO

Animateur :
42 s Le mois d’août 2009 marquait le 100e anniversaire de la découverte des schistes argileux de Burgess. Parcs Canada a prévu de nombreuses activités pour souligner cet anniversaire, notamment des expositions d’art, des exposés donnés par des scientifiques de renommée mondiale dans le parc national Banff, du théâtre dans les terrains de camping, des randonnées d’interprétation aux gisements fossilifères offertes tout l’été et bien d’autres choses encore. Communiquez avec Parcs Canada pour obtenir plus de renseignements sur n’importe laquelle de ces activités.

Vous venez d’entendre Don Lessem, et le regretté Stephen Jay Gould (gracieuseté de l’émission Ideas et de la CBC) ainsi que M. Derek Briggs de l’Université Yale.
Le « Récit des schistes argileux de Burgess » est commandité par Parcs Canada et par les Amis de la radio du parc national Banff.
388 s