La première expédition du ROM aux schistes de Burgess, 1975 (0:42)

Animateur :
38 s
Vu le désir constant des humains de savoir qui ils sont et d’où ils viennent, et de comprendre les origines de leur monde…

« Il était inévitable que l’on découvre, tôt ou tard, les schistes argileux de Burgess et que ses trésors fossilifères soient révélés à la science. »

C’est du moins l’opinion de M. Simon Conway Morris, éminent chercheur s’intéressant aux schistes argileux de Burgess, et professeur de biologie évolutionniste à l’Université de Cambridge, en Angleterre.

Le sort a voulu que ce soit lors de travaux d’ingénierie pour la construction du chemin de fer dans un col des Rocheuses près de la collectivité de Field en Colombie-Britannique que l’existence des schistes argileux de Burgess nous soit révélée. C’est donc en partie grâce aux promesses liées à la Confédération canadienne et à la curiosité et aux moyens du pays si cette découverte a vu le jour.
58 s

Animateur :
4 s
John Niddrie, spécialiste de la conservation des ressources pour les schistes argileux de Burgess
62 s

John Niddrie
Piste 2
00:34-1:00
« Le Chemin de fer Canadien Pacifique avait une ligne principale qui traversait le parc. Le train s’arrêtait ici. Il y avait un petit village à cet endroit bien avant la création du parc. »

« C’est là que les employés du Canadien Pacifique habitaient. Il est bien connu que certains d’entre eux gravissaient la montagne pour aller ramasser ce qu’ils appelaient des insectes de pierre. »
90 s

Animateur :
25 s
Ces insectes de pierre étaient en fait des trilobites, un groupe d’animaux rappelant vaguement la crevette ou le homard avec une carapace dure minéralisée. Les trilobites étaient jadis nombreux, mais ils sont éteints aujourd’hui. Les cheminots du Canadien Pacifique vendaient ces fossiles aux touristes. En 1886, la Commission géologique du Canada a effectué une collecte scientifique officielle au mont Stephen, mais c’est sur un autre mont, avec un autre scientifique, que les trouvailles les plus étonnantes ont été faites.
115 s

Ideas (CBC)
1:20-1:28
9 s
« L’homme qui a découvert ces fossiles, il y a maintenant près de cent ans, était l’un des scientifiques les plus influents de son époque : M. Charles Doolittle Walcott. »
124 s

Ideas (CBC)
17:54-18:04
12 s
« M. Walcott était secrétaire du Smithsonian Institution, directeur du United States Geological Survey et un expert de renommée mondiale sur les fossiles de la période cambrienne dont datent les animaux des schistes argileux de Burgess. »
136 s

Animateur :
11 s
Une légende raconte comment Charles Walcott, toujours à la recherche de trilobites, est tombé sur le riche gisement fossilifère des schistes argileux de Burgess, mais écoutons d’abord M. Huntingdon Williams, un grand admirateur de M. Walcott et un ami de sa famille, nous le présenter.
147 s

M. Huntingdon Williams
Archives du Musée Whyte

20:13-20:35
22 s
« Il était génial. Je pense qu’il pouvait sentir d’ici les fossiles qui se trouvaient là-haut et qu’il savait où aller voir. Il savait où les strates de roche commençaient et où les fossiles devaient se trouver. Il ne se trompait pas : les fossiles étaient là. On aurait dit qu’ils l’attendaient. »
169 s

Animateur :
6 s
Voici l’histoire légendaire tirée de l’article nécrologique de M. Walcott lu par Andy Winfield, de Parcs Canada.
175 s

30 s
« M. Walcott a fait l’une de ses plus grandes découvertes fauniques à la fin de la saison de recherches sur le terrain, en 1909. En glissant sur le sentier, le cheval de Mme Walcott a retourné une dalle qui a immédiatement capté l’attention de M. Walcott. Un véritable trésor venait d’être découvert : des crustacés très étranges du Cambrien moyen. Mais où pouvait bien se trouver la roche mère dont provenait cette dalle? Malheureusement, la neige s’étant déjà mise à tomber, il fallut attendre une autre saison avant de pouvoir résoudre cette énigme. »
205 s

Animateur :
6 s
Cette version des faits est aujourd’hui contestée. Quoi qu’il en soit, en 1910, M. Walcott a fini par trouver la source de la dalle mystérieuse.
211 s

Ideas (CBC)
30:38-31:03
26 s
« Accompagné de mes deux fils, j’ai enfin réussi à trouver la bande contenant les fossiles. Pendant des jours, nous avons mené des travaux d’excavation aux schistes. Nous glissions des blocs sur le flanc de la montagne jusqu’à un sentier où ils étaient chargés sur des chevaux et transportés jusqu’au campement. Là, avec l’aide de Mme Walcott, la roche était fendue, coupée et mise dans des caisses avant d’être transportée jusqu’à la gare de Field, quelque 3 000 pieds plus bas. »
237 s

Animateur :
15 s
Cinq étés et 65 000 spécimens plus tard, M. Charles Walcott, alors âgé de 67 ans, avait terminé ses recherches sur le terrain; sa collection au Smithsonian Institution de Washington (D.C.) était complète.

Mais qu’avait-il découvert au juste?
252 s

Ideas (CBC)
Lister Sinclair

1:29-1:42
14 s
« C’était du jamais vu. M. Walcott pensait que les spécimens qu’il avait trouvés pouvaient s’insérer dans des catégories biologiques existantes, qu’ils s’inscrivaient dans un processus évolutif continu, graduel et prévisible. »
266 s

Animateur :
4 s
L’ancien conservateur du Musée royal de l’Ontario, M. Desmond Collins.
270 s

M. Desmond Collins, Ideas (CBC)
11:29-11:37
9 s
« Sa collection comprend une créature qui pourrait être un ancêtre des poissons, et que l’on nomme Pikaia. Bien entendu, il pourrait également s’agir d’un ancêtre de l’humain. »
279 s

11:54-12:01
8 s
« Il y a aussi des éponges, des algues, des brachiopodes et des petits bivalves qui ressemblent à des palourdes. »
287 s

12:05-12:13
9 s
« Il y a des spécimens qui font penser à des crevettes, à des crabes ou à des homards, mais qui sont différents de ces espèces. »
296 s

Animateur :
10 s
M. Walcott est mort en 1927 avant d’avoir pu achever l’analyse de ses découvertes.

Mais un événement bien curieux est alors survenu : écoutons M. Ellis Yorkkelson, géologue retiré, de Washington.
306 s

Ideas (CBC)
37:26-37:29
4 s
« L’un des grands mystères des schistes argileux de Burgess … »
310 s

37:32-37:44
14 s
« … c’est qu’ils ont été largement ignorés par toute une génération de paléontologues. »
328 s

Animateur :
La raison?
14 s
En général, les gens se dirent que Walcott devait avoir eu raison mais, 35 ans plus tard, après des études minutieuses suivies d’une vive controverse, la véritable nature de ces spécimens finit par être révélée.
342 s

Musique pour mettre l’accent sur les propos de l’animateur.

(Restez à l’écoute de la radio du parc)...
345 s

CONCLUSION-EXTRO

Animateur :
42 s
Le mois d’août 2009 marquait le 100e anniversaire de la découverte des schistes argileux de Burgess. Parcs Canada a prévu de nombreuses activités pour souligner cet anniversaire, notamment des expositions d’art, des exposés donnés par des scientifiques de renommée mondiale dans le parc national Banff, du théâtre dans les terrains de camping, des randonnées d’interprétation aux gisements fossilifères offertes tout l’été et bien d’autres choses encore.

Communiquez avec Parcs Canada pour obtenir plus de renseignements sur n’importe laquelle de ces activités.

Vous venez d’entendre MM. Desmond Collins, Ellie Yorkkelson, et Lister Sinclair ainsi qu’une lecture du journal de M. Walcott par Wendell Smith, gracieuseté de l’émission Ideas et de la CBC.

Les extraits de M. Huntingdon Williams vous ont été offerts gracieusement par le Musée Whyte, et ceux d’Andy Winfield, par Parcs Canada.

Le « Récit des schistes argileux de Burgess » est commandité par Parcs Canada et par les Amis de la radio du parc national Banff.
387 s