L’expédition de 1994

RÉSUMÉ : Aperçu des fouilles dans la carrière Walcott en 1994 (2:33)

Chercheur dans la carrière, occupé à fendre une roche à la masse et au burin
DESCRIPTION : Chercheur dans la carrière, occupé à fendre une roche à la masse et au burin

Desmond Collins, ancien conservateur de paléontologie des invertébrés et chef d’expédition, s’adressant à la caméra, debout dans la carrière
DESCRIPTION : Desmond Collins, ancien conservateur de paléontologie des invertébrés et chef d’expédition, s’adressant à la caméra, debout dans la carrière

« L’une des difficultés, cette année, c’est que la couche de type à phyllopodes, une couche argentée de couleur foncée, a tendance à se fragmenter en tout petits morceaux. On a du mal à trouver de grandes plaques. Walcott en avait récolté très peu et j’avais toujours pensé que c’était dommage, mais on s’aperçoit maintenant qu’en réalité, cela vient de la roche. C’est très difficile d’obtenir de larges surfaces avec beaucoup de fossiles. La roche a tendance à s’effriter. »

Paléontologues dans la carrière dégageant des roches
DESCRIPTION : Paléontologues dans la carrière dégageant des roches

« Derrière eux, le talus d’éboulis plus haut vient des fouilles effectuées ces deux ou trois dernières années. Ces fragments de roche ont roulé dans la carrière pendant l’hiver. En dessous, et au-dessus du fond de la carrière où ils travaillent, il y a une couche de débris de cinq pieds en provenance de l’ancienne carrière Walcott. Ils se sont accumulés un peu après le départ de Walcott et aussi quand il était ici. C’est donc la première fois qu’on fait des fouilles dans cette partie de la carrière Walcott. Et quatre ou cinq pieds au-dessus du plancher de la carrière actuelle, il y a le roc qu’il faut tailler pour pouvoir atteindre les couches fossilifères. »

Desmond Collins, debout dans la carrière, s’adressant à la caméra
DESCRIPTION : Desmond Collins, debout dans la carrière, s’adressant à la caméra

« Dans l’ensemble, la saison s’annonce bonne. On a recueilli plus de fossiles cette année que les saisons précédentes, en partie, je crois, à cause du temps magnifique. On a eu six semaines de soleil, ce qui aide beaucoup. Aujourd’hui, c’est sans doute la pire journée de l’été. Mais on a trouvé de nouveaux fossiles et de rares spécimens d’autres espèces qui n’ont pas encore été décrits, et on devrait avoir une bien meilleure idée de la faune des schistes de Burgess grâce à cette saison de fouilles. »

Paléontologues dévalant la pente en courant
DESCRIPTION : Paléontologues dévalant la pente en courant

Paléontologues au campement, le soir
DESCRIPTION : Paléontologues au campement, le soir

Paléontologues discutant plus tard dans la pénombre
DESCRIPTION : Paléontologues discutant plus tard dans la pénombre

Jeune garçon s’amusant avec un bidon à fossiles
DESCRIPTION : Jeune garçon s’amusant avec un bidon à fossiles

Vidéo © Canadian Wilderness Video Productions