Science

Accueil > Science > Les schistes de Burgess > Le site aujourd'hui

Le site de nos jours

Vue panoramique des montagnes

Vue aérienne montrant le mont Wapta (à gauche) et les sites principaux des schistes de Burgess (CW : carrière Walcott, CR : carrière Raymond, CC : carrière Collins).

© Musée royal de l'Ontario. Photo : Jean-Bernard Caron.

L'expression « schistes de Burgess » désigne un site riche en fossiles, situé sur la crête aux fossiles, entre le mont Wapta et le mont Field, à quelques kilomètres au nord du village de Field, en Colombie-Britannique. C'est Charles Walcott qui l'a employée le premier, pour décrire les diverses couches de roches fossilifères renfermant les restes d'animaux à corps mou qu'il avait découvertes en 1909 et 1910 et fouillées pendant plusieurs années par la suite. Les excavations les plus importantes ont été pratiquées dans une section de deux mètres d'épaisseur, constituée d'une série de couches renfermant des fossiles d'animaux à corps mou remarquablement bien conservés. Walcott l'a appelée la « couche à
phyllopodes », par allusion à la structure en forme de feuilles des appendices de certains arthropodes particulièrement abondants, notamment Waptia.

À gauche, un fossile de teinte foncée; À droite, excavation dans une carrière

À gauche, Marrella splendens, (longueur = 16 mm), fossile abondant dans la « couche à phyllopodes »; à droite, la flèche à deux pointes indique les limites de cette section.

© Musée royal de l'Ontario. Photos : Jean-Bernard Caron (à gauche) et Desmond Collins (à droite).

Walcott a fouillé la couche à phyllopodes pendant plusieurs années, laissant derrière lui ce qu'on appelle aujourd'hui la carrière Walcott. Elle s'est agrandie sous l'effet d'excavations ultérieures, effectuées principalement par la Commission géologique du Canada et par le Musée royal de l'Ontario.

Si la carrière Walcott reste le site le plus connu des schistes de Burgess, elle est loin d'en être le seul. Parmi les 65 000 spécimens récoltés par Walcott (principalement dans la couche à phyllopodes), quelques-uns provenaient de roches situées environ 22 mètres plus haut sur la pente. Ces couches, fouillées ultérieurement par Percy Raymond, en 1930, constituent maintenant la « carrière Raymond ».

De nouvelles couches ont également été fouillées en contrebas de la carrière Walcott et à l'amont de la carrière Raymond, par le Musée royal de l'Ontario , dans les années 1980. Le nouvel horizon le plus important – environ 40 mètres au-dessus de la carrière Raymond – est maintenant dénommé « carrière Collins ». On rencontre également des fossiles d'organismes à corps mou dans diverses couches situées entre ces carrières qui n'ont pas encore fait l'objet d'une collecte systématique.

En résumé, les différentes carrières des schistes de Burgess, sur la crête aux fossiles, représentent des assemblages de fossiles variés, à l'intérieur d'une masse de schiste d'une centaine de mètres d'épaisseur, correspondant à environ 200 000 ans de gisements fossilifères de la période cambrienne.


La crête aux fossiles sur laquelle s'étagent les diverses carrières des schistes de Burgess, à proximité de l'escarpement Cathedral.

© Parcs Canada. Photo : John Niddrie.

Les couches à trilobites du mont Stephen, tout proche, contiennent également des fossiles d'animaux à corps mou (par exemple, Anomalocaris, Wiwaxia) découverts en 1886, bien avant que Walcott ne découvre le site d'origine des schistes de Burgess, sur la crête aux fossiles. De nos jours, les spécialistes classent ces couches à trilobites parmi les gisements de type Burgess. Ce site est d'un âge similaire à celui des carrières des schistes de Burgess de la crête aux fossiles et relève de la même formation géologique. Et, surtout, bien qu'il n'en fasse pas partie à proprement parler, il s'y apparente aussi par le mode de conservation de ses fossiles.


Principaux gisements fossilifères de type Burgess dans les Rocheuses canadiennes.

On a également découvert des gisements fossilifères de type Burgess en d'autres endroits des Rocheuses canadiennes, la plupart situés dans des parcs nationaux, à proximité d'une formation géologique baptisée escarpement Cathedral. On recense plusieurs sites dans le parc national Yoho, notamment ceux des monts Field, Stephen (couches d'animaux en forme de tulipe – S7, carrière Collins sur le mont Stephen), le mont Odaray et Park. Le parc national Kootenay contient, lui aussi, des gisements de type Burgess autour du glacier Stanley et du mont Robson, et on a également trouvé des fossiles de ce type dans le parc national Jasper et en dehors des parcs, non loin de Cranbrook, en Colombie-Britannique.

Ces divers assemblages de fossiles diffèrent par les espèces qui les composent et par l'abondance des spécimens, mais représentent des éléments d'un biote analogue.

Vue du mont Stephen, avec l'emplacement des principaux gisements fossilifères

Gisements de type Burgess sur le mont Stephen. CC : carrière Collins, CT : couches à trilobites, S7 : couches d'animaux tulipiformes.

© Musée royal de l'Ontario. Photo : Jean-Bernard Caron.

Vue du glacier vers la vallée

Vue générale du glacier Stanley, dans le parc national Kootenay où l'on a trouvé des fossiles de type Burgess.

© Musée royal de l'Ontario. Photo : Jean-Bernard Caron.

Haut de la page