Parcs Canada

Accueil > Parcs Canada > Apprenez

Apprenez

Les schistes de Burgess sont une merveille naturelle qui revêt beaucoup d'importance sur le plan historique. Aujourd'hui, sur les versants ouest des Rocheuses, des vagues de montagnes se dressent là où un océan grouillant de vie laissa dans son sillage d'anciens trésors fossilisés. Apprenez-en davantage sur ce lieu protégé et laissez-vous inspirer par ses récits.


Les schistes de Burgess sont un ancien plancher océanique exposé à la surface à 2 336 m d'altitude dans le parc national Yoho. Le terme Yoho est une expression crie qui marque l'émerveillement.

Les schistes de Burgess sont un ancien plancher océanique exposé à la surface à 2 336 m d'altitude dans le parc national Yoho. Le terme Yoho est une expression crie qui marque l'émerveillement.

© PARCS CANADA. PHOTO : JOHN NIDDRIE

Haut de la page

La découverte des fossiles

En 1907, Charles Walcott, paléontologue new-yorkais et chef de la Smithsonian Institution de Washington (D.C.), vint ratisser les hautes pentes du mont Stephen, dans le parc national Yoho, en Colombie-Britannique, pour examiner les « insectes en pierre » signalés par des travailleurs ferroviaires, des arpenteurs et d'autres ouvriers pendant la construction de la voie ferrée du Canadien Pacifique, dans les années 1880. Ces insectes en pierre étaient en fait des fossiles vieux de plus de 505 millions d'années. En 1909, Walcott explora un autre chaînon et y découvrit ce qui en vint à porter le nom de carrière Walcott.

Consultez la section Histoire pour obtenir plus de renseignements sur l'histoire des schistes de Burgess, et les sections, galerie des fossiles et l'odyssée virtuelle de la mer, pour voir des images de fossiles et des animations numériques.

Dans les années 1880, des arpenteurs (ci-dessus) et des travailleurs ferroviaires tombèrent par hasard sur des « insectes en pierre » en explorant les environs du tout jeune hameau de Field, en Colombie-Britannique.

Dans les années 1880, des arpenteurs (ci-dessus) et des travailleurs ferroviaires tombèrent par hasard sur des « insectes en pierre » en explorant les environs du tout jeune hameau de Field, en Colombie-Britannique.

© Archives du parc national Yoho

Haut de la page

Une collection impressionnante

De 1909 à 1925 (deux ans avant sa mort), Walcott retourna chaque été aux schistes de Burgess. Souvent accompagné de sa femme et de ses enfants, il retirait d'immenses blocs de pierre de la carrière et les transportait sur des pentes escarpées jusqu'à un camp situé plus en aval, où il en exhumait les trésors fossilisés. Walcott fit expédier 65 000 spécimens contenus dans 30 000 blocs de roche à la Smithsonian Institution de Washington. Ses découvertes suscitèrent l'intérêt du monde entier à une époque où le tourisme dans les Rocheuses canadiennes gagnait en popularité grâce au chemin de fer.

Vous trouverez un compte rendu détaillé du travail de Walcott dans la section Découvertes.

Walcott expédia des milliers de blocs de pierre fossilifères à la Smithsonian Institution de Washington. Tous étaient semblables à celui-ci, qui est exposé au Centre d'accueil du parc national Yoho.

Walcott expédia des milliers de blocs de pierre fossilifères à la Smithsonian Institution de Washington. Tous étaient semblables à celui-ci, qui est exposé au Centre d'accueil du parc national Yoho.

© PARCS CANADA. PHOTO : OMAR MCDADI

Haut de la page

La création du parc national Yoho

L'année 1885 marqua la fin de la difficile construction du chemin de fer du Canadien Pacifique. Les rubans d'acier, qui s'étendaient désormais d'un bout à l'autre du pays, permirent aux voyageurs de découvrir les Rocheuses et menèrent à la création du parc national Banff, le tout premier des parcs nationaux du Canada, autour de la voie d'évitement de Banff.

Un an plus tard, la création du parc national Yoho débuta par l'établissement de la réserve du Dominion du Mont-Stephen, un territoire protégé de 26 km² entourant la petite collectivité ferroviaire de Field, en Colombie-Britannique, en aval du col Kicking Horse et de la ligne de partage des eaux. En 1901, l'aire protégée fut rebaptisée Yoho, mot employé par les Cris pour exprimer leur émerveillement devant la splendeur naturelle des chutes, des glaciers et des pics imposants qui émaillent la vallée de la Kicking Horse.

Aujourd'hui, le parc national Yoho occupe une superficie de 1 313 km² et fait partie d'un réseau croissant de parcs nationaux, d'aires marines nationales de conservation et de sites du patrimoine mondial que gère Parcs Canada aux quatre coins du pays.

Le chemin de fer qui devait relier les deux extrémités du pays fut achevé en 1885. Il permit à des visiteurs de se rendre dans des collectivités comme Field, en Colombie-Britannique (ci-dessus), et Lake Louise, en Alberta, dans les Rocheuses canadiennes.

Le chemin de fer qui devait relier les deux extrémités du pays fut achevé en 1885. Il permit à des visiteurs de se rendre dans des collectivités comme Field, en Colombie-Britannique (ci-dessus), et Lake Louise, en Alberta, dans les Rocheuses canadiennes.

© Archives du parc national Yoho

Haut de la page

Un site du patrimoine mondial de l'UNESCO

En 1980, l'UNESCO ajouta les schistes de Burgess à sa Liste du patrimoine mondial. Cette liste réunit des lieux figurant parmi les plus exceptionnels de la planète, dont les pyramides d'Égypte et la Grande Barrière de corail, en Australie.

En 1984, les schistes de Burgess furent intégrés au site du patrimoine mondial des parcs des montagnes Rocheuses canadiennes, qui comprend les parcs nationaux Banff, Jasper, Kootenay et Yoho ainsi que le parc provincial Hamber et les parcs provinciaux du Mont-Robson et du Mont-Assiniboine, tous trois situés en Colombie-Britannique. Cette désignation reconnaît officiellement que les schistes de Burgess contiennent de l'information importante sur l'évolution de la Terre.

Dans le cadre de randonnées guidées, les visiteurs peuvent en apprendre davantage sur le statut accordé au secteur par l'UNESCO, la géologie, la faune et la flore locales, l'histoire culturelle et les détails scientifiques des fossiles cachés dans les schistes de Burgess.

Dans le cadre de randonnées guidées, les visiteurs peuvent en apprendre davantage sur le statut accordé au secteur par l'UNESCO, la géologie, la faune et la flore locales, l'histoire culturelle et les détails scientifiques des fossiles cachés dans les schistes de Burgess.

© PARCS CANADA. PHOTO: ROGER HOSTIN.

Haut de la page

Le saviez-vous ?

  • Sur les millions d'animaux (insectes, araignées, poissons, mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens) présents sur Terre aujourd'hui, environ 95 % peuvent retracer leurs origines aux schistes de Burgess.
  • Certains animaux fossilisés dans les schistes de Burgess présentaient des signes de prévalence manuelle. Les scientifiques pensent qu'ils étaient parmi les premières créatures droitières ou gauchères de la planète.
  • Le mont Burgess, à Field, en Colombie-Britannique, figurait autrefois sur le billet de 10 $ canadien.
Environ 3 000 personnes visitent les schistes de Burgess chaque année.

Environ 3 000 personnes visitent les schistes de Burgess chaque année.

Photo : © John Niddrie, Parcs Canada

Haut de la page

Ressources pédagogiques

Faites découvrir la nature, les sciences et l'histoire à vos élèves grâce au Centre de ressources éducatives de Parcs Canada, qui renferme tout un éventail de ressources pédagogiques sur les schistes de Burgess et les parcs nationaux. Vous y trouverez des fiches d'information, des suggestions d'activités et des plans de leçon.

Consultez la section Ressources pour en savoir plus.

Parcs Canada – Centre de ressources éducatives – schistes de Burgess

Les enfants de tout âge sont fascinés par les récits et la science des schistes de Burgess.

Les enfants de tout âge sont fascinés par les récits et la science des schistes de Burgess.

© Parcs Canada. Photo : Chris Siddall.

Haut de la page