Galerie des fossiles

Nectocaris pteryx

Prédateur ressemblant à un calmar doté d'une paire de longs tentacules

Nectocaris pteryx (USNM 198667) – Holotype. Vue latérale d'un petit spécimen. Longueur du spécimen = 19 mm. Spécimen sec, lumière directe (image de gauche); spécimen humide, lumière polarisée (image de droite). Carrière Walcott.

© Smithsonian Institution – Musée national d'histoire naturelle. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 11 pour Nectocaris pteryx Modèle
animé 3D
Média 2 des 11 pour Nectocaris pteryx Modèle 3D
Média 3 des 11 pour Nectocaris pteryx Modèle 2D
Média 4 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 5 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 6 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 7 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 8 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 9 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 10 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo
Média 11 des 11 pour Nectocaris pteryx Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Mollusques

Classe :

Céphalopodes (groupe souche des mollusques)

Affinité :

Nectocaris est considéré comme un représentant précoce du groupe souche des mollusques proche des céphalopodes. Ce groupe souche inclut également les genres Vetustovermis, des schistes du Cambrien moyen d'Emu Bay, en Australie, et Petalilium, du dépôt de Chengjiang du Cambrien inférieur, en Chine (Smith et Caron, 2010).

Nom d'espèce :

Nectocaris pteryx

Nom du descripteur :

Conway Morris

Date de la description :

1976

Étymologie :

Nectocaris – du grec nekto, « qui nage », et du latin caris, « crevette », en référence au classement original de l'animal parmi les arthropodes.

pteryx – du grec pteryx, « nageoire », en référence aux appareils propulseurs et stabilisateurs de l'organisme.

Spécimens types :

Holotype – USNM 198667 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott, Raymond et Collins sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Comme dans le cas d'Odontogriphus, autre animal des schistes de Burgess apparenté aux mollusques, Walcott a récolté le premier spécimen de Nectocaris entre 1909 et 1924. Il a photographié le fossile, et le cliché est demeuré avec le spécimen non identifié dans les collections de la Smithsonian Institution jusqu'à ce que Simon Conway Morris en note l'existence et décrive le spécimen, en 1976. Comme celui-ci était comprimé latéralement, sa reconstitution était orientée dans le même axe. La trompe (« siphon »), repliée vers l'arrière sous la base de la tête, rappelle le bouclier céphalique d'un arthropode, mais la nageoire, repliée sur le dos, ressemble étrangement à la nageoire dorsale soutenue par des rayons des chordés. Conway Morris n'a fourni aucun diagnostic définitif, mais Simonetta (1988) a considéré l'organisme comme un chordé (Insom et al., 1995), la présence de rayons semblables à des myomères renforçant l'hypothèse d'une affinité avec les chordés.

Entre-temps, Glaessner avait décrit Vetustovermis d'après un spécimen piètrement conservé provenant des schistes d'Emu Bay, en Australie et, au vu de son aspect segmenté, avait proposé une affinité avec les vers annélides (Glaessner, 1979). D'autres chercheurs ont relevé la similarité de certains fossiles du Chengjiang avec ce spécimen et les ont décrits comme des formes ressemblant à des limaces apparentées aux mollusques (Chen et al., 2005). Durant cette période, le Musée royal de l'Ontario a récolté des fossiles similaires. Considérés initialement par Desmond Collins comme des représentants du genre Nectocaris, ces fossiles ont subséquemment été décrits comme des membres du groupe-souche des céphalopodes (Smith et Caron, 2010). Les relations entre les membres de ce clade demeurent nébuleuses, et il faudra peut-être attendre la découverte d'autres fossiles pour déterminer leur diversité et leur répartition. L'absence de coquille chez Nectocaris indique que les céphalopodes – qu'on supposait antérieurement issus plus tard durant le Cambrien de monoplacophores ressemblant à des escargots – ont commencé à nager sans coquille flottante et ont acquis leur coquille indépendamment des autres lignées de mollusques.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le corps de Nectocaris a la forme d'un cerf-volant et peut atteindre 72 mm de longueur, incluant les deux tentacules souples dirigées vers l'avant à partir de la tête. La tête est surmontée de deux gros yeux portés sur de courts pédoncules. Sous sa base émerge une longue trompe (« siphon ») qui s'ouvre sur une grande cavité axiale contenant une paire de branchies. La partie principale du corps est bordée de larges nageoires latérales soutenues par des rayons transversaux.

Abondance :

Quatre-ving-dix spécimens de Nectocaris ont été mis au jour sur la crête aux Fossiles, pour la plupart dans la carrière Collins. Le genre est rare ou absent à la plupart des autres sites des schistes de Burgess. Seulement deux spécimens, y compris l'holotype, ont été découverts à la carrière Walcott.

Taille maximum :

72 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

Nectocaris, nageur libre prédateur ou charognard, se nourrissait vraisemblablement de petites proies qu'il capturait à l'aide de ses tentacules préhensiles à la manière des calmars actuels. Il se propulsait principalement avec ses nageoires, mais peut-être aussi en expulsant de l'eau par son « siphon ». Ce siphon servait en outre à oxygéner les grandes branchies internes en faisant transiter de l'eau à travers la cavité corporelle.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CHEN, J.-Y., D.-Y. HUANG AND D. J. BOTTJER. 2005. An Early Cambrian problematic fossil: Vetustovermis and its possible affinities. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 272(1576): 2003-2007.

CONWAY MORRIS, S. 1976. Nectocaris pteryx, a new organism from the Middle Cambrian Burgess Shale of British Columbia. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Monatshefte, 12: 703-713.

GLAESSNER, M. F. 1979. Lower Cambrian Crustacea and annelid worms from Kangaroo Island, South Australia. Alcheringa, 3(1): 21-31.

INSOM, E. A. PUCCI AND A. M. SIMONETTA. 1995. Cambrian Protochordata, their origin and significance. Bollettino di Zoologia, 62(3): 243-252.

SIMONETTA, A. M. 1988. Is Nectocaris pteryx a chordate? Bollettino di Zoologia, 55(1-2): 63-68.

SMITH, M. AND J.-B. CARON. 2010. Primitive soft-bodied cephalopods from the Cambrian. Nature, 465: 469-472.

Autres liens :

http://www.nature.com/nature/journal/v465/n7297/full/nature09068.html

Haut de la page