Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Hallucigenia

Hallucigenia sparsa

Ver épineux à « pattes »

Reconstitution 3D d'Hallucigenia sparsa.

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 5 pour Hallucigenia sparsa Modèle
animé 3D
Média 2 des 5 pour Hallucigenia sparsa Modèle 3D
Média 3 des 5 pour Hallucigenia sparsa Photo
Média 4 des 5 pour Hallucigenia sparsa Photo
Média 5 des 5 pour Hallucigenia sparsa Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Onychophores (lobopodes)

Classe :

Xenusia (Ordre : Scleronychophora, groupe souche des onychophores)

Affinité :

Hallucigenia est considéré comme un membre des « lobopodes », groupe d'organismes vermiformes du Cambrien dotés de paires d'appendices ressemblant à des pattes. Les affinités phylogénétiques de ces animaux sont controversées, ceux-ci ayant été rangés soit à la base d'un clade comprenant les anomalocarididés et les arthropodes (Budd, 1996), soit dans un groupe souche des onychophores modernes (Ramsköld et Chen, 1998).

Nom d'espèce :

Hallucigenia sparsa

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1911

Étymologie :

Hallucigenia – du latin hallucinatio, « hallucination », en référence à l'aspect bizarre de l'animal.

sparsa – du latin sparsus, « épars », en référence à la rareté des spécimens au moment de l'étude originale.

Spécimens types :

Holotype – USNM 83935 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : H. fortis, du biote de Chengjiang du Cambrien moyen (Hou et Bergström, 1995).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles; couches à tulipes (S7) sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Walcott (1911) a décrit pour la première fois Hallucigenia sous le nom de  Canadia sparsa  dans le cadre d'un examen de divers annélides de Burgess et illustré un spécimen vingt ans plus tard (Walcott, 1931). La première étude approfondie de cet animal n'a cependant été publiée que lorsque Conway Morris (1977) a démontré qu'il n'appartenait ni au genre Canadia ni même aux annélides. La reconstitution de l'organisme révèle un animal bizarre qui se déplace à l'aide de piquants et qui porte sur le dos des tentacules à fonction présumée alimentaire (Conway Morris, 1977). Le nouveau genre a été nommé Hallucigenia en référence à l'aspect onirique de l'organisme et à l'incertitude entourant ses affinités phylogénétiques. Il a été démontré ultérieurement que les supposés tentacules étaient en réalité une rangée de paires de « pattes » – les autres étaient enfouies sous une couche de roche – et que les paires de piquants se trouvaient plutôt sur le dos de l'animal (Ramsköld et Hou, 1991; Ramsköld, 1992). En outre, l'orientation antéropostérieure de l'animal a été inversée, ce qu'on avait pris initialement pour la tête étant vraisemblablement un exsudat (Ramsköld, 1992).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Hallucigenia est un organisme vermiforme à petite tête portée sur un long cou. Le tronc est hérissé de sept paires de longs piquants dorsaux et porte sept paires de fins lobes ressemblant à des pattes. L'espace entre les piquants et les lobes est relativement constant, mais les paires de piquants étant décalées vers l'avant, la paire de pattes postérieure n'a pas de paire de piquants en vis-à-vis. Chaque patte est armée d'une paire de griffes terminales, et les piquants, rigides, ont des plaques basales également rigides. La région du cou porte deux ou trois paires d' appendices  antérieurs très fins dépourvus de pinces terminales. La tête est indistincte, mais la bouche est en position antérieure, et le tube digestif, rectiligne, débouche sur un anus postérieur. Il se peut que l'extrémité postérieure de l'animal soit en fait plus bulbeuse qu'on l'avait cru.

Abondance :

Conway Morris (1977) a étudié une trentaine de spécimens. Dans l'ensemble, Hallucigenia est rare; il représente 0,19 % de la faune de la carrière Walcott (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

30 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

Hallucigenia a souvent été découvert en association avec l'éponge Vauxia et d'autres débris organiques, ce qui a laissé supposer qu'il se nourrissait d'éponges, auxquelles il s'agrippait avec ses pattes  à pinces , ses piquants dorsaux le protégeant des prédateurs. Il est également possible qu'Hallucigenia consommait des restes d'animaux en décomposition.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BUDD, G. E. 1996. The morphology of Opabinia regalis and the reconstruction of the arthropod stem-group. Lethaia, 29: 1-14.

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

CONWAY MORRIS, S. 1977. A new metazoan from the Burgess Shale of British Columbia. Palaeontology, 20: 623-640.

CONWAY MORRIS, S. 1999. The crucible of creation: the Burgess Shale and the rise of animals. Oxford University Press, USA.

HOU, X. AND J. A. N. BERGTRÖM. 1995. Cambrian lobopodians – ancestors of extant onychophorans? Biological Journal of the Linnean Society, 114(1): 3-19.

RAMSKÖLD, L. 1992. The second leg row of Hallucigenia discovered. Lethaia, 25(2): 221–224.

RAMSKÖLD, L. AND X. HOU. 1991. New early Cambrian animal and onychophoran affinities of enigmatic metazoans. Nature, 351: 225-228.

RAMSKÖLD, L. AND J. Y. CHEN. 1998. Cambrian lobopodians: morphology and phylogeny, p. 107-150. In G. D. Edgecombe (ed.), Arthropod fossils and phylogeny. Volume 29. Columbia University Press, New York.

WALCOTT, C. 1911. Cambrian Geology and Paleontology II. Middle Cambrian annelids. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(5): 109-145.

WALCOTT, C. 1931. Addenda to descriptions of Burgess Shale fossils. Smithsonian Miscellaneous Collections, 85(3): 1-46.

Autres liens :

http://gsc.nrcan.gc.ca/paleochron/09_e.php

http://paleobiology.si.edu/burgess/hallucigenia.html

http://evolution.berkeley.edu/evolibrary/article/_0_0/cambrian_13

Haut de la page