Galerie des fossiles

Canadaspis perfecta

Arthropode commun au corps couvert d'une carapace bivalve

Canadaspis perfecta (ROM 56954). Dalle contenant des douzaines de spécimens associés au ver priapulien Ottoia prolifica et au trilobite Elrathina cordillerae (bas de la dalle). Image de droite : gros plan d'une partie de la dalle montrant des carapaces vides et des spécimens pourvus de leurs appendices. Largeur de la dalle = 432 mm. Spécimens secs, lumière polarisée (image de gauche); spécimens humides, lumière polarisée (image de droite). Carrière Walcott.

© Musée royal de l'Ontario. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 8 pour Canadaspis perfecta Modèle
animé 3D
Média 2 des 8 pour Canadaspis perfecta Modèle 3D
Média 3 des 8 pour Canadaspis perfecta Modèle 2D
Média 4 des 8 pour Canadaspis perfecta Photo
Média 5 des 8 pour Canadaspis perfecta Photo
Média 6 des 8 pour Canadaspis perfecta Photo
Média 7 des 8 pour Canadaspis perfecta Photo
Média 8 des 8 pour Canadaspis perfecta Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Clade non classé (groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Canadaspis était originellement classé parmi les crustacés malacostracés (Walcott, 1912; Briggs, 1978), mais ce classement a suscité de nombreux débats (p. ex., Hou et Bergström, 1997; Boxshall, 1998; Walossek, 1999; Butterfield, 2002). Il a également été classé parmi les euarthropodes de la lignée souche supérieure (Edgecombe, 2010), formant un clade avec d'autres arthropodes bivalves tels que Perspicaris (Bergström et Hou, 1998; Waloszek et al., 2007), et peut-être Fuxianhuia (Budd, 2002; Budd et Telford, 2009).

Nom d'espèce :

Canadaspis perfecta

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1912

Étymologie :

Canadaspis – du nom de pays « Canada », kanata en iroquoïen du Saint-Laurent, « peuplement » ou « terre », et du grec aspis, « bouclier ».

perfecta – du latin perfectus, « complet ».

Spécimens types :

Lectotype – USNM 57703 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : C. laevigata de la faune de Chengjiang du Cambrien inférieur (Hou et Bergström, 1991, 1997). D'autres fossiles de Canadaspis cf. perfecta provenant de sites aux États-Unis sont connu (Robison et Richards, 1981; Lieberman, 2003; Briggs et al., 2008).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Reconnu à l'origine en tant qu'Hymenocaris par Charles Walcott (1912), le genre Canadaspis a été établi par Novozhilov (1960). Quatre espèces y ont été classées par Simonetta et Delle Cave (1975), mais deux d'entre elles, Canadaspis ovalis et Canadaspis dictynna, ont été ensuite redécrites en tant que Perspicaris dictynna (Briggs, 1977). Une troisième espèce, Canadaspis obesa, a été redécrite entant que Canadaspis perfecta (Briggs, 1978). Une étude complète de la quatrième et unique espèce valide, Canadaspis perfecta,a été publiée par Briggs (1978), qui a émis l'hypothèse d'une affinité avec les crustacés. L'hypothèse a été rejetée à la lumière de travaux ultérieurs (Hou et Bergström, 1997; Boxshall, 1998; Walossek, 1999); une relation étroite avec d'autres taxons à deux valves de la lignée souche des arthropodes des schistes de Burgess, notamment Branchiocaris, Perspicaris et Odaraia, a été suggérée (Budd, 2002; Budd, 2008).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le corps de Canadaspis, couvert d'une carapace bivalve, comprend une région céphalique supportant des appendices, un abdomen divisé en huit segments dotés de membres segmentés et dédoublés en deux branches (biramés) et un thorax divisé en sept segments, dont un telson épineux (queue). La carapace bivalve mesure de 0,8 à 5,2 cm de long. Connectées le long d'une ligne cardinale à l'arrière de la surface supérieure (dorsalement), les valves sont subovales en périphérie et plus effilées à l'avant de l'animal. La tête porte deux paires d'antennes, de petits yeux au bout d'un pédoncule court, des pièces buccales épineuses et deux paires d'appendices biramés. La première paire d'antennes est courte et non segmentée; la seconde, plus élancée, bordée de longues épines, compte un minimum de 12 segments. La série d'épines située derrière les antennes constituerait des mandibules, pièces buccales que les arthropodes utilisent pour couper leur nourriture. Les dix paires de membres biramés des parties céphaliques et abdominales sont formées d'une branche interne segmentée servant à la marche et d'une grande palette externe lamellée, qui aurait assuré une fonction branchiale. Les segments abdominaux ne portent pas d'appendices et se terminent par un telson épineux. L'intestin de Canadaspis est parfois conservé avec des glandes dans sa partie moyenne, ce qui lui confère une apparence segmentée (Butterfield, 2002).

Abondance :

Canadaspsis est abondant, avec plus de 5 000 spécimens connus; il compte pour 8,6 % de la faune de la carrière Walcott (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

52 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Dépositivore

Interprétations écologiques :

Canadaspis vivait probablement sur le lit marin, où il marchait en déplaçant ses membres biramés par vagues. Le mouvement aurait créé un courant d'eau contre les branchies, qui forment les branches externes de ses membres, favorisant la respiration. Il se peut qu'il ait en outre permis à Canadaspis de se déplacer dans la colonne d'eau. Les appendices céphaliques biramés se terminent par une paire de pinces, qui auraient été utilisées par l'animal pour se nourrir. Les surfaces internes des pattes sont couvertes d'épines qui auraient permis de diriger les particules alimentaires vers la bouche. Les mandibules auraient servi à broyer les particules grossières qui se trouvaient à la surface des sédiments. Le bouclier céphalique épineux de Canadapsis le protégeait probablement des prédateurs.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BERGSTRÖM, J. AND X. HOU. 1998. Chengjiang arthropods and their bearing on early arthropod evolution, p. 151-184. In G. D. Edgecombe (ed.), Arthropod Fossils and Phylogeny. Columbia University Press, New York.

BOXSHALL, G. 1998. Comparative limb morphology in major crustacean groups: the coax-basis joint in postmandibular limbs, p. 155-167. In R. A Fortey and R. Thomas (eds.), Arthropod phylogeny. Chapman & Hall, London.

BRIGGS, D. E. G. 1977. Bivalved arthropods from the Cambrian Burgess Shale of British Columbia. Palaeontology, 20: 596-612.

BRIGGS, D. E. G. 1978. The morphology, mode of life, and affinities of Canadaspis perfecta (Crustacea: Phyllocarida), Middle Cambrian, Burgess Shale, British Columbia. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B, 281(984): 439-487.

BRIGGS, D. E. G., B. S. LIEBERMAN, J. R. HENDRICKS, S. L. HALGEDAHL AND R. D. JARRARD. 2008. Middle Cambrian arthropods from Utah. Journal of Paleontology, 82(2): 238-254.

BUDD, G. E. 2002. A palaeontological solution to the arthropod head problem. Nature, 417(6886): 271-275.

BUDD, G. E. 2008. Head structure in upper stem-group euarthropods. Palaeontology, 51(3): 561-573.

BUDD, G. E. AND M. J. TELFORD. 2009. The origin and evolution of arthropods. Nature, 457(7231): 812-817.

BUTTERFIELD, N. J. 2002. Leanchoilia guts and the interpretation of three-dimensional structures in Burgess Shale-type fossils. Paleobiology, 28(1): 155-171.

CARON, J.-B. and D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

EDGECOMBE, G. D. 2010. Arthropod phylogeny: An overview from the perspectives of morphology, molecular data and the fossil record. Arthropod Structure & Development, 39: 74-87.

HOU, X. AND J. BERGSTRÖM. 1991. The arthropods of the Lower Cambrian Chengjiang fauna, with relationships and evolutionary significance p. 179-187. In A. M. Simonetta and S. Conway Morris (eds.), The Early Evolution of Metazoa and the Significance of Problematic Taxa. Cambridge University Press, Cambridge.

HOU, X. AND J. BERGSTRÖM. 1997. Arthropods of the Lower Cambrian Chengjiang fauna, southwest China. Fossils and Strata, 45: 1-116.

LIEBERMAN, B. S. 2003. A new soft-bodied fauna: the Pioche Formation of Nevada. Journal of Paleontology, 77(4): 674-690.

NOVOZHILOV. N. I. 1960. Principles of Paleontology: arthropods, trilobites and crustaceans. In Y. A. Orlov (ed.). Gos. Nauchno-Techn. Izdvo, Moscow.

ROBISON, R. A. AND B. C. RICHARDS. 1981. Larger bivalve arthropods from the Middle Cambrian of Utah. The University of Kansas Paleontological Contributions, 106: 1-28.

SIMONETTA, A. M. AND L. DELLE CAVE. 1975. The Cambrian non-trilobite arthropods from the Burgess shale of British Columbia: A study of their comparative morphology, taxonomy and evolutionary significance. Palaeontographia Italica, 69: 1-37.

WALCOTT, C. D. 1912. Middle Cambrian Branchiopoda, Malacostraca, Trilobita, and Merostomata, pp. 145-228, Cambrian Geology and Paleontology, 2.Volume 57 (6). Smithsonian Miscellaneous Collections.

WALOSZEK, D. 1999. On the Cambrian diversity of Crustacea, p. 3-27. In F. R. Schram and J. C. von Vaupel Klein (eds.), Crustaceans and the biodiversity crisis. Volume 1. Brill, Leiden.

WALOSZEK, D. MAAS, A. CHEN, J. AND M. STEIN. 2007. Evolution of cephalic feeding structures and the phylogeny of Arthropoda. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 254: 273-287.

Autres liens :

http://paleobiology.si.edu/burgess/canadaspis.html

Haut de la page