Galerie des fossiles

Skania fragilis

Arthropode minuscule en forme de cerf-volant

Skania fragilis (ROM 60752) – Empreinte (rangée du haut) et contre-empreinte (rangée du bas). Spécimen complet avec ses antennes. Longueur du spécimen = 11 mm. Spécimen sec, lumière polarisée (colonne de gauche); spécimen humide (colonne de droite). Carrière Raymond.

© Musée royal de l'Ontario. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 2 pour Skania fragilis Photo
Média 2 des 2 pour Skania fragilis Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Clade non classé (groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Les affinités de Skania sont controversées, mais la plupart des chercheurs s'accordent à l'apparenter aux arthropodes. Similaire à Primicaris (Lin et al., 2006; Zhang et al., 2007), il est lui aussi comparé aux trilobites à corps mous tels que Naraoia (Walcott, 1931; Zhang et al., 2007; Hou et Bergström, 1997). D'autres chercheurs suggèrent que les deux taxons sont apparentés à l'énigmatique taxon Parvancorina de la faune d'Ediacara (Delle Cave et Simonetta, 1975; Gehling, 1991; Conway Morris, 1993; Simonetta et Insom, 1993) et que ces trois taxons forment un clade en position de groupe frère par rapport aux trilobites (Lin et al., 2006).

Nom d'espèce :

Skania fragilis

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1931

Étymologie :

Skania – d'après le glacier Skana à proximité du mont Robson en Colombie-Britannique, Canada.

fragilis – du latin fragilis, « fragile », en référence à la nature délicate et à la petite taille de l'animal.

Spécimens types :

Holotype – USNM 83950 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : Skania sundbergi Lin et al., 2006 de la formation de Kaili Formation en Chine.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Skania fragilis a été décrit pour la première fois par Walcott (1931) dans une monographie posthume publiée par son adjoint, Charles Resser, qui a comparé Skania aux trilobites et à Naraoia. Une nouvelle description de Delle Cave et Simonetta (1975) a suggéré que Skania serait plutôt apparenté au taxon Parvancorina minchami Glaessner, 1958 de la faune d'Ediacara. L'affinité a été longuement débattue (Gehling, 1991; Conway Morris, 1993; Simonetta et Insom, 1993; Lin et al., 2006) et Skania a également été comparée à Primicaris Zhang et al., 2003 de manière approfondie. Skania et Primicaris ont par ailleurs été interprétés comme des protaspides (larves) de naraoiidés (Hou et Bergström, 1997).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Skania porte un bouclier dorsal mou et indifférencié, dont la forme évoque celle d'un cerf-volant. Ce bouclier est arrondi dans la région frontale de la tête; il rétrécit vers l'arrière pour se terminer en une paire de courtes pointes marginales à l'extrémité postérieure du corps. Deux pointes génales orientées postérieurement saillent au niveau où le bouclier atteint sa largeur maximale. La marge postérieure de la tête est délimitée par une étroite bordure fortement arquée vers l'avant, et la région céphalique occupe un quart de la longueur de l'exosquelette. L'intestin moyen a été conservé dans la région axiale du tronc chez certains spécimens. Les appendices ont été mal conservés. Ils consistent en une paire d'antennes antérieures et au moins dix paires de membres au niveau du corps.

Abondance :

Skania fragilis est connu d'après l'étude de moins de 40 spécimens.

Taille maximum :

17 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Inconnu

Interprétations écologiques :

Le mode de vie de Skania est indéterminé, car certains aspects importants de sa morphologie demeurent énigmatiques. La similarité globale avec Primicaris, dont les appendices sont biramés, permet de formuler l'hypothèse que les appendices de Skania l'étaient également. Les deux animaux auraient marché sur le plancher sous-marin et auraient utilisé leurs branches externes filamenteuses pour extraire de l'oxygène de l'eau et nager épisodiquement. N'ayant pas d'yeux, Skania utilisait probablement ses antennes pour recueillir de l'information sur son environnement. Ses stratégies alimentaires sont inconnues.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CONWAY MORRIS, S. 1993. Ediacaran-like fossil in Cambrian Burgess Shale-type faunas of North America. Palaeontology, 36: 593-635.

DELLE CAVE, L. AND A. M. SIMONETTA. 1975. Notes on the morphology and taxonomic position of Aysheaia (Onycophora?) and of Skania (undetermined phylum). Monitore Zoologico Italiano New Series, 9: 67-81.

GEHLING, J. G. 1991. The case for Ediacaran fossil roots to the metazoan tree, p. 181-223. In B. P. Radhakrishna (ed.), The world of Martin F. Glaessner. Geological Society of India, Bangalore.

HOU, X. AND J. BERGSTRÖM. 1997. Arthropods of the Lower Cambrian Chengjiang fauna, southwest China. Fossils and Strata, 45: 1-116.

LIN, J., S. M. GON III, J. G. GEHLING, L. E. BABCOCK, Y. ZHAO, X. ZHANG, S. HU, J. YUAN M. YU AND J. PENG. 2006. A Parvancorina-like arthropod from the Cambrian of South China. Historical Biology, 18: 33-45.

SIMONETTA, A. M. AND E. INSOM. 1993. New animals from the Burgess Shale (Middle Cambrian) and their possible significance for the understanding of the Bilateria. Bolletino di Zoologia, 60: 97-107.

WALCOTT, C. D. 1931. Addenda to descriptions of Burgess Shale fossils. Smithsonian Miscellaneous Collections, 85: 1-46.

ZHANG, X., D. SHU AND D. H. ERWIN. 2007. Cambrian naraoiids (Arthropoda): morphology, ontogeny, systematics, and evolutionary relationships. Palaeontological Society Memoir, 68: 1-52.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page