Galerie des fossiles

Olenoides serratus

Trilobite le plus connu des schistes de Burgess

Olenoides serratus UMMP 4882). Fragment d'un pygidium (image du haut) et revers de la plaque (image du bas) montrant l'étiquette originale annotée : « No. 6637, Cambrian, Ogygia serrata Rominger, Mount Stephens, North West Territories, Canada, Otto Klotz (UM), Dominion Astronomer ». Longueur du spécimen = 35 mm. Couches à trilobites du mont Stephen.

© Musée de paléontologie de; l'Université du Michigan. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 11 pour Olenoides serratus Modèle
animé 3D
Média 2 des 11 pour Olenoides serratus Modèle 3D
Média 3 des 11 pour Olenoides serratus Dessin
Média 4 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 5 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 6 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 7 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 8 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 9 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 10 des 11 pour Olenoides serratus Photo
Média 11 des 11 pour Olenoides serratus Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Trilobites (Ordre : Corynexochida)

Affinité :

Les trilobites sont des euarthropodes éteints, probablement des représentants de la lignée souche des mandibulés, qui regroupent les crustacés, les myriapodes et les hexapodes (Scholtz et Edgecombe, 2006).

Nom d'espèce :

Olenoides serratus

Nom du descripteur :

Rominger

Date de la description :

1887

Étymologie :

Olenoides – d'après Olenus, figure de mythologie grecque qui fut changée en pierre avec sa femme Lethaea. Olenus a été utilisé pour la première fois pour décrire un genre de trilobites en 1827; le suffixe grec oïdes, « semblable à », a été ajouté ultérieurement.

serratus – du latin signifiant « en dents de scie », probablement en référence à la marge épineuse du pygidium.

Spécimens types :

Statut du type en cours de révision – UMMP 4882 (onze spécimens) conservés au Musée de paléontologie de l'Université du Michigan, Ann Arbor, Michigan, États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : Kootenia dawsoni; Olenoides serratus (les espèces de Kootenia ne sont plus jugées suffisamment différentes d'Olenoides pour justifier leur classification dans un genre différent; dans le présent cas, Kootenia a été retenu pour faciliter les références bibliographiques).

Autres dépôts : Olenoides est largement répandu dans le Cambrien de l'Amérique du Nord et du Groenland; il est aussi connu en Sibérie, en Chine et ailleurs.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années)

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles; couches à trilobites et autres sites sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Olenoides serratus compte parmi les premiers animaux des schistes de Burgess à être nommés et décrits. Les fossiles ayant servi à la première description de Rominger en 1887 avaient été prélevés l'année précédente dans les couches à trilobites sur le mont Stephen. Rominger a nommé ce trilobite Ogygia serrata, accompagnant sa description de gravures d'un spécimen complet. À la suite de plusieurs changements, le nom maintenant en usage a été publié pour la première fois par Kobayashi en 1935. De remarquables spécimens munis d'appendices, découverts lors des fouilles de Walcott sur la crête aux Fossiles en 1910-1911, attirent l'attention du monde entier sur Olenoides serratus (alors appelé Neolenus serratus) à titre d'un des trilobites à l'anatomie la plus complète connus. Cette espèce type des schistes de Burgess a été complètement réinterprétée par Harry Whittington (1975, 1980); Whittington a conclu que Nathorstia transitans (nommé par Walcott en 1912) représentait un Olenoides serratus à « carapace molle », à l'étape de la mue.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Parties dures: l'exosquelette dorsal adulte, de forme ovale, peut mesurer jusqu'à 9 cm de long; le céphalon est hémisphérique, le thorax est composé de sept segments se terminant par des épines et le pygidium hémisphérique est muni de pointes marginales. Le céphalon, le thorax et le pygidium sont approximativement de la même longueur. La glabelle, dont les côtés sont parallèles, est arrondie antérieurement et atteint presque le bord antérieur. Les minces crêtes oculaires sont repliées vers l'arrière depuis la glabelle jusqu'à de petits yeux arqués vers l'extérieur. Les joues libres s'amincissent postérieurement en des épines génales droites qui se prolongent jusqu'à la troisième plèvre. Les extrémités des plèvres se prolongent en des épines. Le pygidium épineux se compose de six anneaux axiaux décroissant postérieurement; cinq paires de pointes marginales se replient vers l'arrière. La surface de l'exosquelette est granuleuse et présente de minces crêtes et des cuspides près des marges.

Anatomie non minéralisée: Olenoides serratus avait une paire d'« antennes » céphaliques flexibles et multiarticulées. Derrière celles-ci, trois paires de membres biramés étaient rattachées sous le céphalon de chaque côté de la ligne médiane. Chaque branche interne avait une large coxa épineuse en forme de lame et six podomères cylindriques et hérissés d'épines qui s'amincissaient en s'éloignant du corps, les derniers portant à leur extrémité trois courtes « pinces ». La branche externe était composée de nombreux filaments plats se chevauchant et se dégageant d'un long lobe, avec un petit lobe ovale et chevelu à l'extrémité extérieure. Des paires d'appendices biramés semblables étaient rattachées sous chaque segment thoracique; quatre à six paires étaient rattachées sous le pygidium, devenant plus courtes et plus minces vers l'arrière. Cas unique parmi tous les trilobites ayant conservé des membres, Olenoides serratus avait aussi une paire d'appendices semblables à des antennes (cerques caudaux) sous le pygidium, derrière les derniers membres biramés.

Abondance :

Olenoides serratus est relativement commun, surtout dans les couches à trilobites sur le mont Stephen, où des milliers de parties et des centaines d'exosquelettes partiaux ou complets ont été observés ou prélevés. Olenoides est le plus gros et le plus visible des trilobites dans la carrière Walcott sur la crête aux Fossiles, où on a trouvé des spécimens conservant des appendices.

Taille maximum :

90 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

Olenoides serratus adulte marchait sur le fond marin, creusant peut-être des sillons peu profonds à la recherche de carcasses ou de petits animaux à corps mous ou à carapace fragile. Les proies étaient déchiquetées entre les « pieds » des membres épineux et acheminées vers la bouche, orientée vers l'arrière. Les Olenoides pouvaient probablement nager sur de courtes distances, juste au-dessus du fond marin. Des cicatrices sont présentes sur un certain nombre de spécimens d'Olenoides; certaines d'entre-elles apparaissant sur des spécimens à « carapace molle », à l'étape de la mue, témoignent peut-être de l'activité de prédation de gros arthropodes comme Anomalocaris. Certains fossiles d'Olenoides présentent des traces évidentes de blessures guéries, ce qui porte à croire qu'ils avaient été la proie, au moment où leur carapace était molle à la suite de la mue, de grands arthropodes comme Anomalocaris. Les minuscules larves ou les « jeunes » juvéniles nageaient probablement, se laissant emporter par la colonne d'eau.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

KOBAYASHI, T. 1935. The Cambro-Ordovician formations and faunas of south Chosen. Paleontology, Part 3: Cambrian faunas of south Chosen with a special study on the Cambrian trilobite genera and families. Journal of the Faculty of Science, Imperial University of Tokyo, Section II. 4(2): 49-344.

RASETTI, F. 1951. Middle Cambrian stratigraphy and faunas of the Canadian Rocky Mountains. Smithsonian Miscellaneous Collections, 116 (5): 1-277.

ROMINGER, C. 1887. Description of primordial fossils from Mount Stephens, N. W. Territory of Canada. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, 1887: 12-19.

SCHOLTZ, G. AND G. D. EDGECOMBE. 2006. The evolution of arthropod heads: reconciling morphological, developmental and palaeontological evidence. Development Genes and Evolution, 216: 395-415.

WALCOTT, C. D. 1912. Cambrian Geology and Paleontology, II. No. 6. - Middle Cambrian Branchiopoda, Malacostraca, Trilobita, and Merostomata. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(6): 145-228.

WHITTINGTON, H. B. 1975. Trilobites with appendages from the Middle Cambrian, Burgess Shale, British Columbia. Fossils and Strata, No. 4: 97-136.

WHITTINGTON, H. B. 1980. Exoskeleton, moult stage, appendage morphology, and habits of the Middle Cambrian trilobite Olenoides serratus. Palaeontology, 23: 171-204.

Autres liens :

http://www.trilobites.info/ordcorynexochida.htm

http://www.trilobites.info/trilovent.htm

http://paleobiology.si.edu/burgess/olenoides.html

http://pakozoic.deviantart.com/art/Olenoides-serratus-3D-77550691

Haut de la page