Galerie des fossiles

Ogygopsis klotzi

Fossile le plus abondant dans les couches à trilobites du mont Stephen

Ogygopsis klotzi (ROM 41791). Spécimen complet (présumée exuvie) montrant des joues libres déplacées. Longueur du spécimen = 95 mm. Spécimen enduit d'un sublimé de chlorure d'ammonium amplifiant les détails. Couches à trilobites sur le mont Stephen.

© Musée royal de l'Ontario. Photo : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 9 pour Ogygopsis klotzi Dessin
Média 2 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 3 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 4 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 5 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 6 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 7 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 8 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo
Média 9 des 9 pour Ogygopsis klotzi Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Trilobites (Ordre : Corynexochida)

Affinité :

Les trilobites sont des euarthropodes éteints, probablement des représentants de la lignée souche des mandibulés, qui regroupent les crustacés, les myriapodes et les hexapodes (Scholtz et Edgecombe, 2006).

Nom d'espèce :

Ogygopsis klotzi

Nom du descripteur :

Rominger

Date de la description :

1887

Étymologie :

Ogygopsis – d'après Ogygia, dans la mythologie grecque, la septième fille d'Amphion et de Niobé; Ogygia a été utilisé pour la première fois pour décrire un genre de trilobites en 1817.

klotzi – d'après Otto Klotz, arpenteur-topographe du Dominion, qui a fourni les fossiles étudiés et décrits par Rominger.

Spécimens types :

Holotype (K. burgessensis) – USNM 65511 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis (Resser, 1942); statut du type en cours de révision – (K. dawsoni) conservé au Musée de paléontologie de l'Université du Michigan, Ann Arbor, Michigan, États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : Ogygopsis spinulosa Rasetti, 1951 dans la formation Cathedral sur le mont Stephen, qui est légèrement plus ancienne.

Autres dépôts : on a trouvé des espèces d'Ogygopsis dans les roches cambriennes d'autres gisements en Amérique du Nord, en Sibérie et au Groenland.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années)

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Couches à trilobites et autres sites sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Ogygopsis klotzi a d'abord été décrit en 1887 dans une publication traitant de plusieurs autres trilobites importants du mont Stephen. Rominger a nommé les espèces les plus grosses et les plus abondantes d'après Klotz, les rassemblant dans le genre Ogygia. L'année suivante, Charles Walcott remettait en question ce classement et, en 1889, il proposait le nom de genre Ogygopsis. Au cours des décennies suivantes, on a cru qu'Ogygopsis était unique aux couches à trilobites du mont Stephen, où il est le fossile le plus visible sur les pentes. En fait, Walcott avait désigné l'endroit « schiste Ogygopsis » en 1908, par la suite il a nommé son équivalent géographique « schistes de Burgess » (bien qu'on n'ait jamais trouvé Ogygopsis sur la crête aux Fossiles!).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Parties dures: l'exosquelette dorsal adulte, de forme ovoïde, peut mesurer jusqu'à 13 cm de long; le grand céphalon est en forme de croissant, le thorax est composé de huit segments effilés, et le grand pygidium hémisphérique est inerme. La glabelle, qui est longue et en forme de baril, est arrondie antérieurement et atteint presque le bord antérieur. Les minces crêtes oculaires sont repliées vers l'arrière depuis la région frontale de la glabelle jusqu'aux longs yeux étroits en face de la mi-longueur de la glabelle. Les joues libres se prolongent vers l'arrière en des épines génales courtes et droites. Le grand pygidium se compose de neuf anneaux axiaux décroissant postérieurement, suivi d'une partie terminale; huit ou neuf paires de côtes pygidiales deviennent progressivement plus courtes et davantage orientées vers l'arrière. La surface de l'exosquelette est principalement lisse, avec de fines crêtes parallèles aux marges; des joues libres et des joues fixes postérieures peuvent présenter un réseau distinctif de fines stries anastomosées.

Anatomie non minéralisée: seuls quelques rares spécimens d'Ogygopsis klotzi conservent des traces de membres; ils démontrent que le céphalon était muni d'une paire d'antennes flexibles et multiarticulées (Hofmann et Parsley, 1966).

Abondance :

Ogygopsis klotzi est extrêmement abondant dans les couches à trilobites sur le mont Stephen, où il est le fossile le plus commun (Rudkin, 1996; 2009), mais il n'est pas connu sur la crête aux Fossiles. La grande majorité des spécimens plus ou moins complets sont dépourvus de joues libres et de nombreux paléontologistes les ont interprétés comme étant des spécimens qui venaient de muer.

Taille maximum :

130 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Dépositivore

Interprétations écologiques :

La forme et la taille d'Ogygopsis klotzi adulte suggèrent qu'il marchait sur le fond marin. Compte tenu de l'abondance d'Ogygopsis, il est difficilement concevable qu'il ait été un prédateur/charognard comme Olenoides. Il se nourrissait peut-être de petits débris organiques dans des milieux inhabituels. Des cicatrices sont présentes sur un certain nombre de spécimens d'Ogygopsis; certaines d'entre elles apparaissant sur des trilobites à « carapace molle », à l'étape de la mue, témoignent peut-être de l'activité de prédation de gros arthropodes comme Anomalocaris (Rudkin, 1979; 2009). Les minuscules larves et les « jeunes » juvéniles nageaient probablement, se laissant emporter par la colonne d'eau.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

HOFFMAN, H. J. AND R. L. PARSLEY. 1966. Antennae of Ogygopsis. Journal of Paleontology, 40: 209-211.

RASETTI, F. 1951. Middle Cambrian stratigraphy and faunas of the Canadian Rocky Mountains. Smithsonian Miscellaneous Collections, 116 (5): 1-277.

ROMINGER, C. 1887. Description of primordial fossils from Mount Stephens, N. W. Territory of Canada. Proceedings of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, 1887: 12-19.

RUDKIN, D. M. 1979. Healed injuries in Ogygopsis klotzi (Trilobita) from the Middle Cambrian of British Columbia. Royal Ontario Museum, Life Sciences Occasional Paper, 32: 1-8.

RUDKIN, D. M. 1996. The Trilobite Beds of Mount Stephen, Yoho National Park, p. 59-68. In R. Ludvigsen (ed.), Life in Stone - A Natural History of British Columbia's Fossils. UBC Press, Vancouver.

RUDKIN, D. M. 2009. The Mount Stephen Trilobite Beds, p. 90-102. In J.-B. Caron and D. Rudkin (eds.), A Burgess Shale Primer - History, Geology, and Research Highlights. The Burgess Shale Consortium, Toronto.

SCHOLTZ, G. AND G. D. EDGECOMBE. 2006. The evolution of arthropod heads: reconciling morphological, developmental and palaeontological evidence. Development Genes and Evolution, 216: 395-415.

WALCOTT, C. D. 1908. Mount Stephen rocks and fossils. Canadian Alpine Journal, 1: 232-248.

WHITTINGTON, H. B. 1975. Trilobites with appendages from the Middle Cambrian, Burgess Shale, British Columbia. Fossils and Strata, No. 4: 97-136.

Autres liens :

http://www.trilobites.info/ordcorynexochida.htm

http://www.trilobites.info/trilovent.htm

Haut de la page